bardanelerougedessinLes réfugiés frappent à
La porte
Elle reste close
Ils frappent plus fort
Ils insistent
Et toujours
Cette porte
Barrière immobile
Ils viennent en nombre
Le nombre fait la force
Mais pas cette fois
Jamais ?
              Jamais
              La porte
              Ne s’ouvre
Peut-être n’y a-t-il personne
              Peut-être
Qu’ils dorment tous
On repassera demain
Il doit bien y avoir quelqu’un
                             Quelqu’un
Qui vit là, de l’autre côté
Sinon pourquoi y aurait-il
Une porte ?
Les murmures parviennent à mes oreilles
Ils se cachent derrière
Cette porte
Je les entends
Ceux qui font comme si de rien
Avec pour seules mains des yeux
Ils voient à travers
La porte
Ils savent
Que les migrants attendent
Qu’ils espèrent
La porte                            est close
La barque                         est pleine
La porte                            est close
La barque                         est pleine
Pleine !
            Close !
                        Peine !
                                    Cause ?
                                                 Perdus…
                                                                Pause …                
                                                                                 Pause …                
                                                                                                 Pause…